Pour les jeunes plumes pour qui écrire veut dire vivre
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elle s'appelait Lula

Aller en bas 
AuteurMessage
Suika

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 13/07/2012
Age : 24
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Elle s'appelait Lula   Jeu 20 Sep - 18:33

Bonjouuuuuuur, me revoilà avec un autre petit texte ! Mais bien différent des deux/trois derniers ! En effet, je m'étais inscrite sur un forum Rpg pour interpréter un personnage (sans blaaaaaague?!) mais le forum en question a fermé, et comme j'aimais beaucoup la présentation du personnage, je ne peux pas m'empêcher de vous la montrer en espérant avoir des avis dessus *-*

Première partie, c'était le caractère, ensuite vient l'histoire.

Citation :
Lula elle aime tout. Lula elle n'aime rien. Lula elle est lunatique et ne pense jamais deux fois la même chose. On l'aime ou on ne l'aime pas. Ce n'est jamais pareil. Lula n'est pas une fille facile. Dans tous les sens du terme. Elle aime la vodka, elle déteste la bière. Elle aime la fumée de cigarette, elle déteste la clope. Une fois c'est oui, une fois c'est non. Il ne faut pas se fier aux apparences, ça n'a jamais été aussi vrai que pour cette jeune femme. Vivre ou pas, telle est sa question existentielle. Pourquoi essayer de survivre quand on a rien ? Pas un sous, pas un toit, pas un chat. Rien. Néant. Boule de gomme et elle saute. Boule de shit et elle meurt. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Ses mains sont rouges, ses mains tremblent. Elle a peur. Elle ne se connait pas. Lula, elle déteste le chocolat mais elle aime le cacao. Lula n'est pas une chienne. Ce n'est rien. Rien qu'un petit bout de femme du haut de ses dix huit ans. Majorité atteinte, enfance envolée. Où vas-t-elle, que fait-elle ? Perdue dans un néant de noirceur, ses pieds la mènent. Partout, nulle part. Aimez-la. Baiser la. Elle n'en veut pas. Elle n'en veut plus.

Citation :
Une goutte. Deux gouttes. Ça tombe, ça saigne. Le cœur et l'esprit. Un anniversaire, des bougies. Un chant lugubre. Ils sont là, les mêmes, tout le temps. Silence. Un paquet est déposé contre une porte de bois brute. Un petit paquet de papier journal. Il braille, il bouge, il hurle. Des pas se font entendre, une porte s’ouvre. Une dame en robe de chambre aussi large que haute. Sans un regard pour la silhouette qui s’éloigne, elle ramasse le paquet. C’est son job. Son métier, et elle s’en contrefout. Claquement. Silence. Tout est calme. Personne ne peut se douter de ce qu’il est en train de se passer. Ni vous. Ni eux. Ni elle. Son premier crime fut de naître. Son premier crime d’une longue série. Vrai ou pas, le destin est tracé. Le destin est lancé. Pleure petit enfant, pleure jusqu’à te dessécher. La mort ne sera que délivrance. Un seul mot. Quatre lettres. Un bout de papier craft. « Lula » Sonne comme un souffle étrange et meurtrier.

Cinq ans ont passé. Laissant sur leur chemin les pluies de l’innocence. Le temps s’écoule. Doucement, inexorablement, envoyant sur le monde son dégoût de l’humanité, ses rires d’aiguilles et ses souvenirs d’antan. Le temps se moque de nous. Le temps est libre. Le temps est là, et ne vous quittera jamais. Courrez, faible et minuscule. Personne n’échappe à son nom, à son rire, à son cœur. Mortellement dangereux quand vient le mauvais temps. Souffrez gentes dames. Souffrez et criez. Il n’y aura jamais rien d’autres. Dix ans ont passé. Ce bâtiment qu’ils appellent Orphelinat n’éclate qu’un peu plus chaque jour. Trop de jeunes. Trop de souffrance. Trop d’amour déversé. Trop de vie. Elle a dix ans. Elle ne sait où donner de la tête. Elle est seule. Elle s’appelle Lula. Juste Lula. Tout le monde la connaît. Elle n’aime personne. Sa prison, ses geôliers. Du haut de son petit mètre vingt, cette jeune fille ne parle pas. A quoi bon ? On l’a abandonné. On ne l’aime pas. C’est ce qu’on lui répète à longueur de journée. C’est ce qu’elle pense. L’endoctrinement. De moins en moins de jeunes adultes viennent la voir. Elle a mauvaise réputation. Qui voudrait d’une petite fille qui ne sait pas parler ? Qui a des yeux trop grands et trop bleus ? Personne. Lula.

« T’es qu’une pourriture. T’es même pas belle. » Les enfants sont cruels. Cruels et sans cœurs. Mais ils pardonnent. Trop vite, trop tôt. Lula pas. Elle ne veut pas. Elle espère encore toujours qu’un couple la trouvera magnifique. C’est la goutte de trop. Une goutte. Deux gouttes. « Meurt. » Une fourchette enfoncée dans de la chair. Des cris. Des hurlements. Des plaintes. Du sang qui gicle. Une main qui part s’écraser contre une joue mouillée. Des bras qui la soulèvent. Une porte qui claque. Elle est seule. Encore une fois. Punie. Son premier mot. Son premier enfermement. Elle n’a pas voulu lui faire du mal. Non. Elle a voulu le tuer. Le blesser autant qu’elle l’est au fond d’elle-même du haut de ses treize ans. Pourquoi. Question qui revient en elle à chaque battement de paupières. Elle pleure. Elle hurle. Mais la belle Lula n’a peur que d’une chose. Celle de mourir ici. Elle ne veut pas. Mais tout présume le contraire. Tout.

Dix huit ans. Lula est adulte et son anniversaire, elle le passe en tête à tête avec elle-même. C’est ce qu’elle pensait. Mais la jeune femme n’imaginait pas que son destin allait changer. Du tout au tout. Comme quoi, il n’est pas écrit à l’avance. Un jeune homme. Maxence. Noah. Peu importe le nom, mais il est entré. Tard. Chez elle, dans son dortoir. Pour lui sauter un joyeux anniversaire ? Non. Mieux encore. Pour la prendre. Elle et ses longs cheveux bruns. Elle et ses grands yeux bleus. Elle et son corps de femme. Elle et ses seins de vierge. Lula. Un nom qui sonne comme une évidence, comme une envie, comme un désir suprême. Mais Lula n’est pas une fille facile. Qui l’eut cru. Débats. Cris. Arrachements. Vêtements à terre. Hurlement. Bâillonnement. Une pierre. Tout ce qui a de plus logique. Une main qui se referme sur celle-ci. Et un coup. Qui sonne sourd. Qui sonne creux. Et encore du sang. Partout. Sur le matelas. Sur ses mains. Sur son ventre. Elle l’a fait. Lula vient de tuer quelqu’un. Self défense. Mais c’est fini. Parti. A jamais. Crise de nerf. Crise de panique. Le sang coule encore un peu plus. Partout. Lula en est remplie. Ses bagages. Sans s’en rendre compte, elle est dehors. Pied nu, les mains en sang. C’est décidé. C’est aujourd’hui qu’elle s’enfuira.

C’est comme ça que Lula a atterri à Biarritz. Davenport. Nom d’emprunt. Le seul document qu’elle a avec elle, s’est sa carte d’identité, prouvant ainsi sa majorité. Elle ne sait pas où elle est. Perdue au milieu de nulle part. Il fait froid, il fait nuit. Et elle traverse. Lula n’entend pas les klaxons du camion. Coup de chance ou pas, elle se sent tirer en arrière. Une jeune femme. Brune au visage angélique. Un ange descendu du ciel ? Quoiqu’il en soit, elle vient de lui sauver la vie. Alva, tel est son nom, l’invite chez elle. Pour la soirée. Pour se changer. Lula ne veut pas donner de détail, sur son identité, et les questions de son hôte la mettent mal à l’aise. Comment un jour avouer qu’elle a tué un jeune homme ? Jamais. Le lendemain, Lula s’enfuit presque. Hagarde, elle ne sait où aller. Elle n’a jamais fumé. Mais Lula a un air stone. Toujours, tout le temps. Sans trop se souvenir comment, c’est un homme de la quarantaine, William, qui l’a recueilli chez lui. Il lui a fourni le boulot qu’elle a maintenant. Lula s’en méfie, mais elle a besoin de lui. Lula, elle veut se défaire de ce visage perdant, de la vie qu’elle a encré sous ses paupières depuis maintenant deux mois.


Dernière édition par Suika le Jeu 18 Oct - 18:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-progeny.forumgratuit.be/
Kabrik

avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 12/07/2012
Age : 19
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Elle s'appelait Lula   Ven 21 Sep - 16:33

j'adore ton style d'écriture, il est particulier, mais vraiment génial. L'histoire nous accroche tout de suite, enfin bref, j'adore ;)

_________________
Pourquoi être sérieux quand on peut déconner?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kabrikfictions.skyrock.com/
Sowana

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 24
Localisation : France - Var (83)

MessageSujet: ^^   Ven 21 Sep - 18:38

Ah merci Kabrik ! (je n'ai moi même pas encore lu celui là, vu que je travail sur le commentaire d'un autre texte en ce moment et que je déteste en faire plusieurs à la fois) mais je compte bien le lire dès que possible love .
Moi aussi, je pense que Suika a quelque chose de particulier dans sa manière d'écrire ^^

D'ailleurs, je la sponsorise volontier ;P :124:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suika

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 13/07/2012
Age : 24
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Elle s'appelait Lula   Ven 21 Sep - 21:11

Waaaa un commentaire ronron Merci beaucoup Kabrik ! Et oui, beaucoup me dise que j'ai un style assez particulier ^^ mais c'est troooop gentil *o*

Sowana, arrête, tu vas me faire rougir *-* Et ne t'inquiète pas hein, prends tout ton temps :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-progeny.forumgratuit.be/
Sowana

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 24
Localisation : France - Var (83)

MessageSujet: ^^   Dim 7 Oct - 19:02

Suikachou !

J'en reviens à toi ;)


Je ne vais pas te mettre tout mon commentaire ce soir par contre. Il n'est pas fait et je n'aurai surement pas le temps de faire ce commentaire dans son intégralité, alors je vais juste te poser quelques questions sur la partie "caractère". Sinon cette dernière est bien écrite et j'adore ton style, je n'ai rien à critiqué :p En faite, les seules choses que j'ai à dire dessus, pourraient être écrites en vert ou en bleu, parce qu'elles ne sont en somme pas très importantes et dépendent du ressenti, mais il faut quand même que je te les pose :P :

Je suppose que c'est voulu, mais je me demande si ça ne serait pas mieux juste avec les "négations" même si elles ne sont toujours pas très développées (à toi de voir :P)

Lula elle aime tout. Lula elle n'aime rien. Lula elle est lunatique et ne pense jamais deux fois la même chose. On l'aime ou on ne l'aime pas. Ce n'est jamais pareil. Lula n'est pas une fille facile. Dans tous les sens du terme. Elle aime la vodka, elle déteste la bière. Elle aime la fumée de cigarette, elle déteste la clope. Une fois c'est oui, une fois c'est non. Il ne faut pas se fier aux apparences, ça n'a jamais été aussi vrai que pour cette jeune femme. Vivre ou pas, telle est sa question existentielle. Pourquoi essayer de survivre quand on a rien ? Pas un sous, pas un toit, pas un chat. Rien. Néant. Boule de gomme et elle saute. Boule de shit et elle meurt. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Ses mains sont rouges, ses mains ont peur (ici aussi ça m'intrigue, c'était voulu je suppose :p mais je propose quand même "ses mains sont tremblantes"). Elle a peur. Elle ne se connait pas. Lula, elle déteste le chocolat mais elle aime le cacao. Lula n'est pas une chienne. Ce n'est rien. Rien qu'un petit bout de femme du haut de ses dix huit ans. Majorité atteinte, enfance envolée. Où vas-t-elle, que fait-elle ? Perdue dans un néant de noirceur, ses pieds la mènent. Partout, nulle part. Aimez-la. Baiser la. Elle n'en veut pas. Elle n'en veut plus.

En tout cas ce qui est vraiment bien avec toi, c'est qu'en passant d'un texte à un autre, on est vraiment surpris : tu sais sortir des chemins que tu as déjà arpenté love .
Et sinon, autre question, (même si ce forum à fermé ça m'intrigue aussi) : c'était quel type de cadre dans ce forum RPG ? Parce qu'à travers ta description, il me semble surprenamment moderne :o

C'est dommage pour eux, tu leurs aurais fait une pub d'enfer :/

En attendant d'autres réponses, je continue un peu :

Citation:
Une goutte. Deux gouttes. Ça tombe, ça saigne. Le cœur et l'esprit. Un anniversaire, des bougies. Un chant lugubre. Ils sont là, les mêmes, tout le temps. Silence. Un paquet est déposé contre une porte de bois brute. Un petit paquet de papier journal. Il braille, il bouge, il hurle. Des pas se font entendre, une porte s’ouvre. Une dame en robe de chambre aussi large que haute. Sans un regard pour la silhouette qui s’éloigne, elle ramasse le paquet. C’est son job. Son métier, et elle s’en contrefout (pas d'espace). Claquement. Silence. Tout est calme. Personne ne peut se douter de ce qui est en train de se passer. Ni vous. Ni eux. Ni elle. Son premier crime fut de naître. Son premier crime d’une longue série. Vrai ou pas, le destin est tracé. Le destin est lancé. Pleure petit enfant, pleure jusqu’à te dessécher. La mort ne sera que délivrance. Un seul mort (c'est peut-être là aussi naïf mais c'est fait exprès ou c'est un "lapsus" ?) . Quatre lettres. Un bout de papier craft. « Lula » Sonne comme un souffle étrange et meurtrier.

Cinq ans ont passé, laissant sur leur chemin les pluies de l’innocence. Le temps s’écoule. Doucement, inexorablement, envoyant sur le monde son dégoût de l’humanité, ses rires d’aiguilles et ses souvenirs d’antan. Le temps se moque de nous. Le temps est libre. Le temps est là, et ne vous quittera jamais. Courrez, faible et minuscule. Personne n’échappe à son nom, à son rire, à son cœur. Mortellement dangereux quand vient le mauvais temps. Souffrez gentes dames. Souffrez et criez. Il n’y aura jamais rien d’autres. Dix ans ont passé. Ce bâtiment qu’ils appellent Orphelinat n’éclate qu’un peu plus chaque jour. Trop de jeunes. Trop de souffrance. Trop d’amour déversé. Trop de vie. Elle a dix ans. Elle ne sait où donner de la tête. Elle est seule. Elle s’appelle Lula. Juste Lula. Tout le monde la connaît. Elle n’aime personne. Sa prison, ses geôliers. Du haut de son petit mètre vingt, cette jeune fille ne parle pas. A quoi bon ? On l’a abandonné. On ne l’aime pas. C’est ce qu’on lui répète à longueur de journée. C’est ce qu’elle pense. L’endoctrinement. De moins en moins de jeunes adultes viennent la voir. Elle a mauvaise réputation. Qui voudrait d’une petite fille qui ne sait pas parler ? Qui a des yeux trop grands et trop bleus ? Personne. Lula.

« T’es qu’une pourriture. T’es même pas belle. » Les enfants sont cruels. Cruels et sans cœurs. Mais ils pardonnent. Trop vite, trop tôt. Lula pas. Elle ne veut pas. Elle espère encore toujours qu’un couple la trouvera magnifique. C’est la goutte de trop. Une goutte. Deux gouttes. « Meurt. » Une fourchette enfoncée dans de la chair. Des cris. Des hurlements. Des plaintes. Du sang qui gicle. Une main qui part s’écraser contre une joue mouillée. Des bras qui la soulèvent. Une porte qui claque. Elle est seule. Encore une fois. Punie. Son premier mot. Son premier enfermement. Elle n’a pas voulu lui faire du mal. Non. Elle a voulu le tuer. Le blesser autant qu’elle l’est au fond d’elle-même du haut de ses treize ans. Pourquoi. Question qui revient en elle à chaque battement de paupières. Elle pleure. Elle hurle. Mais la belle Lula n’a peur que d’une chose. Celle de mourir ici. Elle ne veut pas. Mais tout présume le contraire. Tout.

Dix huit ans. Lula est adulte et son anniversaire, elle le passe en tête à tête avec elle-même. C’est ce qu’elle pensait. Mais la jeune femme n’imaginait pas que son destin allait changer. Du tout au tout. Comme quoi, il n’est pas écrit à l’avance. Un jeune homme. Maxence. Noah. Peu importe le nom, mais il est entré. Tard. Chez elle, dans son dortoir. Pour lui sauter un joyeux anniversaire ? Non. Mieux encore. Pour la prendre. Elle et ses longs cheveux bruns. Elle et ses grands yeux bleus. Elle et son corps de femme. Elle et ses seins de vierge. Lula. Un nom qui sonne comme une évidence, comme une envie, comme un désir suprême. Mais Lula n’est pas une fille facile. Qui l’eut cru. Débats. Cris. Arrachements. Vêtements à terre. Hurlement. Bâillonnement. Une pierre. Tout ce qui a de plus logique. Une main qui se referme sur celle-ci. Et un coup. Qui sonne sourd. Qui sonne creux. Et encore du sang. Partout. Sur le matelas. Sur ses mains. Sur son ventre. Elle l’a fait. Lula vient de tuer quelqu’un. Self défense. Mais c’est fini. Parti. A jamais. Crise de nerf. Crise de panique. Le sang coule encore un peu plus. Partout. Lula en est remplie. Ses bagages. Sans s’en rendre compte, elle est dehors. Pied nu, les mains en sang. C’est décidé. C’est aujourd’hui qu’elle s’enfuira.

Le seul document qu’elle a avec elle, s’est sa carte d’identité, prouvant ainsi sa majorité. Elle ne sait pas où elle est. Perdue au milieu de nulle part. Il fait froid, il fait nuit. Et elle traverse. Lula n’entend pas les klaxons du camion. Coup de chance ou pas, elle se sent tirer en arrière. Une jeune femme. Brune au visage angélique. Un ange descendu du ciel ? Quoiqu’il en soit, elle vient de lui sauver la vie. Alva, tel est son nom, l’invite chez elle. Pour la soirée. Pour se changer. Lula ne veut pas donner de détail, sur son identité, et les questions de son hôte la mettent mal à l’aise. (elle ne veut donc pas mentir non plus :p ?) Comment un jour avouer qu’elle a tué un jeune homme ? Jamais. Le lendemain, Lula s’enfuit presque. Hagarde, elle ne sait où aller. Elle n’a jamais fumé. Mais Lula a un air stone. Toujours, tout le temps. Sans trop se souvenir comment, c’est un homme de la quarantaine, William, qui l’a recueilli chez lui. C’est lui aussi lui qui lui a fourni le boulot qu’elle a maintenant. Lula s’en méfie, mais elle a besoin de lui. Lula, elle veut se défaire de ce visage perdant, de la vie qu’elle a encré sous ses paupières depuis maintenant deux mois.

Ah ben finalement j'ai finis Oo
En tout cas ce n'est vraiment que des petits détails et une question de ressenti, je pense.
Merci pour ce texte, jolie Suika :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suika

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 13/07/2012
Age : 24
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Elle s'appelait Lula   Ven 12 Oct - 21:52

Déjà, merci encore une fois pour tous les compliments que tu m'as fait quoi *o*

Alors : Oui, pour les négations qui ne sont pas mises, c'est en effet fait totalement exprès :D Je sais que ça ne plait pas à tout le monde, mais j'aimais bien moi :P

Pour les mains qui ont peur, oui, c'est trèèès étrange :P Je t'avoue que je ne sais plus trop ce qui s'est passé dans ma caboche à ce moment là ^^

Citation :
En tout cas ce qui est vraiment bien avec toi, c'est qu'en passant d'un texte à un autre, on est vraiment surpris : tu sais sortir des chemins que tu as déjà arpenté

Ohh *-* merciiiiii ! ♥️

Pour le cadre du forum, c'était un simple forum à Biarritz, un city enfaite! Disons que c'était mon personnage qui était totalement loufoque et à côtés de ses pompes ! ^^

Un seul "mort" -> ahhhhhh xD Non en effet, c'était un lapsus ! :P J'ai écrit directement l'histoire sur le forum sans passer par word, et comme je ne me suis pas relue (honte à moi), j'ai fait des fautes de frappes comme ça :P

Oui, Lula n'avait jamais eu de vrai contact, donc elle se sentait "coupable" de devoir mentir :P

C'est plutôt toi que je devrais remercier *-*
Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiii :D♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-progeny.forumgratuit.be/
QueenOfSpades

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 14/07/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: Elle s'appelait Lula   Sam 13 Oct - 9:11

je suis d'accord avec les autres, t'as un style particulier, ça change et ça fait plaisir à lire ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queenofspadesstories.skyrock.com/
Sowana

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 24
Localisation : France - Var (83)

MessageSujet: ^^   Sam 13 Oct - 12:23

Suika love !

Je comprend mieux :)
J'ai aussi corrigé quelques fautes et sinon travaille bien ton texte parce que dès que j'ai finis avec ceux que je commente en ce moment, je m'occuperai de tout tes textes, talentueuse et adorable Suika :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suika

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 13/07/2012
Age : 24
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Elle s'appelait Lula   Dim 14 Oct - 9:24

Merci beaucoup QueenOfSpades :3 c'est gentiiiiil !

Sowana *-* *-* Mais ne te sens pas obligée hein ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-progeny.forumgratuit.be/
Suika

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 13/07/2012
Age : 24
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Elle s'appelait Lula   Jeu 18 Oct - 18:34

DP : Texte rééditer et fautes arrangées, bonne lecture :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-progeny.forumgratuit.be/
Sowana

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 24
Localisation : France - Var (83)

MessageSujet: o/   Ven 19 Oct - 17:08

Je l'aime encore plus comme ça :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suika

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 13/07/2012
Age : 24
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Elle s'appelait Lula   Sam 20 Oct - 18:18

*-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-progeny.forumgratuit.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elle s'appelait Lula   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elle s'appelait Lula
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rosnay, Tatiana (de)] Elle s'appelait Sarah
» ELLE S'APPELAIT SARAH de Tatiana de Rosnay
» Elle s'appelait Sarah
» Elle s'appelait Sarah • Tatiana De Rosnay
» [Rosnay, Tatiana (de)] La mémoire des murs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Young Writers :: Créations :: Textes inclassables-
Sauter vers: