Pour les jeunes plumes pour qui écrire veut dire vivre
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La loi Soico-Lucerle [one-shot]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sowana

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 24
Localisation : France - Var (83)

MessageSujet: La loi Soico-Lucerle [one-shot]   Sam 13 Oct - 18:49

Même si j'ai eu personnellement eu besoin d'écrire cette histoire, suite à un rêve, vous ne lui trouverez pas forcément d'intérêt.
Par contre, un élément est caché dedans, et renforce considérablement son sens quand il est trouvé, mais ne comptez pas sur moi vous donner la réponse toute cuite. :P
Globalement, je pense avoir réussi à expliquer la partie de mon rêve la plus difficile, et cela restera un bon exercice d'écriture, même si ce one-shot est très éloigné de mes autres projets.

En tout cas, merci si vous me lisez quand même ^.^

Spoiler:
 


Dernière édition par Sowana le Dim 17 Fév - 12:37, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suika

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 13/07/2012
Age : 24
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: La loi Soico-Lucerle [one-shot]   Dim 14 Oct - 9:43

Premier texte que je lis sur Young Writers (honte à moi, je sais T_T ) Quoiqu'il en soit, je ne suis pas déçue du tout :D Même si j'ai pas tout, tout compris (oui, surtout la loi Soico Lucerle) et bien j'ai été captivée du début à la fin ! Vraiment, j'aime beaucoup ta façon d'écrire !
Par contre, je ne pense pas avoir trouvé l'élément du texte dont tu parles ^^ (bon, j'ai pas vraiment fait attention enfaite, j'étais beaucoup trop absorbée par ma lecture *o*)

Je t'encourage donc à poster tes autres écrits quoi *-*

Hâte de te lire à nouveau !

(bon, mes commentaires ne sont pas aussi élaborés que les tiens :P )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-progeny.forumgratuit.be/
Sowana

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 24
Localisation : France - Var (83)

MessageSujet: ^^   Dim 14 Oct - 9:47

Merci beaucoup Suika :)


Je sais que la loi "Soico-Lucerle" est le seul élément incompréhensible du texte, héhé,
mais peut-être que c'est justement ici que se cache le fameux élément dont je t'ai parlé :p *sifflote*

mouhahahha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
loulounie
Commentateur
Commentateur
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 10/07/2012

MessageSujet: Re: La loi Soico-Lucerle [one-shot]   Sam 9 Fév - 4:43

Bon, ça me taraudais, je déteste ne pas finir ce que j'ai commencé, mais là j'ai plein de temps libre, alors entre un anime et un bouquin je fini ça et je le poste. J'ai beaucoup aimé, tout ce mystère qui laisse entendre qu'il y a un sens plus profond à trouver (bon, si ça vient d'un rêve, c'est sur que y'en a un, ce qui est magnifique... XD). En plus, bah, le style est fluide, j'ai pas eu de mal à le lire d'un traite, y'a du beau vocabulaire... Je voit que j'ai écris « voir trop » à ma première lecture, mais je devais être fatiguée, parce que je trouve qu'il étais bien, en le relisant, ce soir...
Hum... La fin? Elle est bien tournée, et on dirais qu'elle fait disparaître toute l'intensité de l'histoire, comme si à un moment, on était arrivé à quelque chose et que paf, d'un coup on se réveillais, et toute la magie disparaissait. Retour au monde normal. C'est pas particulièrement mal, en fait ça me perturbe plus qu'autre chose, parce qu'en levant les yeux du texte mon esprit s'était vraiment mit en mode pause, comme si je méditais... (ouais, difficile à décrire, mais bon, mon esprit est bizarre, faut pas faire attention...)
Bon, allez, je te laisse la correction en détail ^^


Les yeux ouverts, la jeune femme songeait avec ennui à l’insomnie qui lui collait à la peau ce soir.
[Je suis pas sure, mais il me semble qu'il y ai une incohérence de temps avec le « ce soir » ^^ quelque chose comme « depuis le début de la soirée » serais probablement plus approprié...]
Une force invisible l’empêchait, sans raison, de réguler convenablement sa respiration, et d’atteindre le sommeil qu’elle s’efforçait depuis plusieurs heures de rejoindre.

Exécrée, [hum, je pense que excédée serais le mot juste, celui là veut dire détestée ^^] Caly se leva, posa la pointe de ses pieds menus sur le carrelage glacé, ce qui la fit frissonner, et se dirigea silencieusement vers la salle mitoyenne à sa chambre. [Tout de suite, on pense que cette salle n'est pas une chambre... ]
Elle entrouvrit doucement la porte pour découvrir le visage paisible de sa petite sœur, et fut surprise du contraste qui se dégageait de l’endormie.
Cette dernière se métamorphoserait, en effet, en la plus charmante des petits diablotins dès que le jour reprendrait ses droits sur l’exigu village où elles vivaient.
En premier, contraste par rapport à quoi? Et quand tu dit que d'habitude c'est un diablotin, il faudrait aussi mentionner ce qu'elle a de différent, à ce moment là, non?

Caly jalousa un instant la tranquillité de son repos, puis s’avança pour reborder sa sœur.
Elle quitta la pièce sans un regard, et retourna dans sa chambre pour s’allonger.
De son lit, elle contemplait silencieusement une myriade de petites étoiles, à travers la fenêtre lui faisant face.
Et soudainement, sans aucun élément pour l’en aviser au préalable, le sommeil qu’elle avait tant attendu, la prit par surprise.
Elle s’effondra sur son lit, les poings fermés, et les paupières lourdes.
Ouh là là, que de phrases courtes!

Elle rêva d’une grande ville, qu’elle n’avait jamais visitée mais dont chaque détail lui semblait des plus réel, de par leur extrême précision. Elle était incapable de mettre un nom sur cette ville.
Toutefois, elle visualisait très bien l’effervescente agitation urbaine qui s’en dégageait. La foule, pressée ou curieuse, était fourmillante et semblait inarrêtable. L’espace entre les Hommes se faisait rare, et donnait une dimension oppressante à la scène.
Caly s’inquiétait en prévoyant une possible crise de suffocation qui pourrait la faire tomber, suite à un malaise.
Elle imagina, un instant, la suite cauchemardesque de cette idée, [soit son écrasement aux pieds foulés par cette foule] hein? qu’elle prédisait inattentive à la détresse d’autrui.
Elle s’écœura [de quoi?] et tenta de chasser rapidement cette pensée de son esprit, en se concentrant d’avantage sur son environnement.
[bizarrement, à la première et seconde lecture, je voyais ton personnage comme flottant dans les airs, probablement à cause de la vue d'ensemble que tu donne de la foule, et puis l'expression écrasement laisse entendre qu'elle serais tombée... Je sait pas si c'est juste mon cerveau qui fait des trucs pas normaux (comme d'habitude, quoi ^^) ou si c'est un effet d'ensemble donné par le rêve...]

Elle se trouvait dans une spacieuse place de marché, et distinguait dans la foule [repetition... ^^] diverses couleurs, ternes ou vives, et différentes formes, bien que rendues floues par l’éphémerité des passages des personnes qui la constituaient.
Aveuglée par la rapidité de l’action, Caly se sentait prisonnière d’une danse dans laquelle on l’avait entraîné de force, et qui lui donnait le tournis. [J'adore cette phrase, je sait pas trop pourquoi, peut-être parce que c'est ce que la vie est...]
Sa vue n’était pas le seul de ses sens à être malmenée puisque chacun d’entre eux étaient mis à rude épreuve :
La foule qui arpentait le marché était terriblement bruyante, mouvante, et des cris aigus jaillissaient parfois de cet amas d’êtres humains. Ceux-ci s’alliaient aux bruits plus graves ou plus sourds qui persécutaient ses tympans.
Son odorat était assaillit par miles odeurs d’épices, de spécialités culinaires locales, par les souillures que laissaient certains marchands dans des recoins de leurs stands, et par l’odeur de transpiration qui imprégnait ces gens trop proches, échauffés par un si grand regroupement humain dans un si petit espace pour les accueillir. [Personnellement, j'aurais tourné la phrase dans l'autre sens, nommant d’abord toutes les odeur e ensuite le fait qu'elle assaillaient son odorat...]
Cette pullulation nerveuse laissait également se répandre ces diverses flagrances par son canal nasal et elles atteignaient ses papilles, pour lui laisser au final un goût dégoutant dans la bouche.
Enfin, les épaules des autres passants ne cessaient de s’entrechoquer aux siennes, plus ou moins douloureusement.
Sa progression [Vers ou?] était pénible, et elle se demanda pourquoi son rêve contenait autant de détails.
Ces derniers obstruaient la fluidité et la clarté de ses pensés, et lui semblaient se fracasser contre son cerveau.
Wouah, que de description *-* (Je suis pourrite en description, moi, alors du coup celles des autres m'impressionnent... ) En fait, quand on regarde le rêve, il n'y a pas tellement d'histoire, c'est plus un état, elle rêve qu'elle « est ».

Elle pria intérieurement pour éliminer les informations les moins nécessaires que son inconscient se plaisait à lui envoyer.
Elle souhaita y voir plus clair, en pensant que tout cela devait avoir un sens, aussi obscur soit-il.
Et son vœux se réalisa, malheureusement au prix qu’elle ne se souviendrait plus de cet essentiel, le lendemain.
Tout devient sombre lorsque la phase de sommeil paradoxal dans laquelle elle se trouvait s’effaça de son esprit.
L’endormie devient alors une éveillée, où plutôt dans un premier temps une semi-éveillée.
Alors ce rêve. CE rêve. À ma quatrième lecture, il m'est venu une réflexion. Je sait pas si c'était voulu de ta part, je sait pas si c'est juste moi, mais il me semble qu'il représente la vie. Comme je l'ai dit dans mon paragraphe précédent, ce n'est pas un scénario, c'est un état. Elle existe, et c'est toute son existence qui est décrite. Tu parle de la foule d'humain, qui peuple la terre, de tous ces gens qu'on croisera dans notre vie, certain en les remarquant, d'autre non. La peur de se faire écraser par cette foule, c'est vrai que l'être humain écrase tout sur son passage, en général, et puis, c'est vrai que si on « tombe , si on se rate quelque part sans la société, et s’écrase par terre et tout le monde s'en fout. Bon, après, la description de tout ce qu'on voit, qu'on entend, rapidement, au cour d'une vie, c'est vrai que c'est hétéroclite, c'est vrai que nos nerf sont souvent mis à vif. (La vache, j'ai l'impression de faire une disserte de philo...)
À un moment, elle se demande pourquoi il y a autant de détails. C'est cette phrase là en particulier qui m'a fait flasher, parce que c'est vrai que dans la vie, on a tendance à remarquer tous les petits détails, ce qui nous empêche d'avoir une vue d'ensemble. Qui n'a jamais passé une nuit blanche à réfléchir sur quelque chose d'important sur le coup, avant de finalement réaliser que dans l'immensité de cette vie, ça n'avais aucun importance? Et là, ton personnage trouve un sens. Un sens à sa vie. C'est tout bête, mais c'est tellement beau, quand on y pense, et comment tu l'a dit... « Cet essentiel ».
Par contre, le fait qu'elle se s'en souvienne pas, là, je bloque, ou est le sens caché? On ne peu le comprendre que si on l'oublie? (voilà un détail sur lequel je vais pouvoir me focaliser ce soir... XD)


Lorsque les premiers rayons de soleil caressèrent son visage, Caly se réveilla.
Elle était incapable de dire ce dont elle avait rêvé cette nuit, [Ouh, je doit avouer qu'elle est un peu prévisible, celle là...^^] mais après s’être étirée et frottée méticuleusement les yeux pour clarifier sa vision du matin, elle remarqua une incongruité.
Et elle était pourtant sure que celle-ci ne se trouvait pas là, la veille, lorsqu’elle était allé se coucher.[ J'aime beaucoup la tournure! :)]
Elle pensa dans un premier temps que son sommeil avait du être trop lourd, et que c’était l’un de ses parents qui avait du déposer à son attention cette feuille annotée sur son bureau.
Mais lorsqu’elle s’approcha pour la lire, elle reconnue sa propre écriture.
Celle-ci avait du être pressée vue le manque d’application dans la formation des différentes lettres qu’elle pouvait désormais distinguer. Elles étaient très allongées et irrégulièrement pointues.
Le papier était quand à lui maculé de tâche d’encre.

Caly réalisa avec stupeur qu’elle avait surement été victime d’une crise de somnambulisme qui l’avait conduite à réaliser une expérience d’écriture instantanée.
Elle était un peu effrayée par cette manifestation de son subconscient, ou peut-être même d’une autre entité, puisque sur le moment elle envisageait toutes les possibilités, plus ou moins crédibles, qui s’offraient à elle.
Elle décida de lire plus minutieusement que jamais, les notes que sa main lui avait laissées :

« Si les descriptions physiques et spatiales que nous percevons, sont comme dans les livres de Balzac, intimement révélatrice des caractéristiques des personnages auxquelles elles se rapportent, ils ne faut pas se fier à cette idée en ce qui concerne les relations humaines.
En effet, deux individus spatialement plus proches qu’avec un autre individu, ne doivent pas être considérés comme plus intimes qu’avec ce dernier.
Cela, même s’ils scellent en apparence un lien d’amitié, en utilisant le rire au dépend de ce tiers.

Si le rire est un outil par lequel les médisants du moment, se rencontrent et se rapprochent, il ne reste pas moins un instrument à double-tranchant.
Celui qui a rit du tiers, sera par la suite la cible de celui-ci et de celui qu’il croyait dans son camp.
Ne vous fiez donc pas au visuel, et à ses désorientantes manifestations éphémères, aussi nombreuses, rapides et animées soient-elles.
Il existe une autre dimension, apparentée à celle de l’esprit, où vous pourrez constatez que chaque Homme est lié au sol par du goudron qu’il à lui-même travaillé et appliqué sur ses chevilles.
Ces liens leurs astreignent un éloignement aussi statique qu’inéluctable.
C’est la loi Soico-Lucerle. »
Que de reflexion m'a apporté cette lettre... (Eh oui, une autre dissertation! En plus j'ai du me documenter, parce que Balzac, c'est pas très très dans mes cordes...)
Donc, ce que j'ai compris de tout ça... En gros, l'aspect physique et l’endroit ou on est n'est important que pour définir une seule personne, mais à partir de 2, donc une relation, cela peut induire en erreur, même si du premier abord, tout peu laisser entendre sa nature. De plus, le rire, même si il apparaît comme toujours positif, peu se retourner contre nous-même, créant des ennemis là ou il n'y en avais pas.
Ensuite, tu parle d'une autre dimension. Wouah. Quand tu dit que chaque Homme se lie au sol de lui même, je suppose que certain le sont plus que d'autre, et c'est là qu'on retrouve le lien. Parce que certaines personnes sont plus « terre à terre »... OK, je raconte n'importe quoi, je suis vraiment incapable d'exprimer ce que cette parti m'inspire ^^ Mais quelque part, le fait qu'on s'accroche volontairement au sol me fait un peu penser à la caverne de platon et aux chaines qu'on ne voit pas.


Caly se questionna sur le sens de cette note, et sur l’étrange conclusion qui ressemblait à un titre mais d’avantage encore de par sa mise en forme à une signature.
C’était la première fois qu’elle voyait cela.
Elle se demanda si celle-ci existait pour que ce soit, paradoxalement, le gros du texte qui complète cette dernière annotation.
Et quelle importance particulière il fallait lui donner.

Mais elle fut interrompue dans ses pensées par les voix de ses parents qui se riaient plus loin d’un nouvel arrivant. Soudainement curieuse, elle délaissa et oublia instantanément ce qu’elle venait de lire, pour aller se joindre, joviale, à leur conversation.
L’incongruité, désormais banale dans l’esprit de Caly, fut spontanément balayée d’un revers de main pour venir s’immobiliser et s’endormir au fond de sa poubelle de chambre.

Quand à l’expérience qu’avait vécue Caly, elle ne se renouvela plus.

Voilà, alors, c'est tout sque j'avais à dire (pour l'instant :3), je sait pas trop si j'ai découvert ce qu'il y avais à découvrir, mais vu le nombre de fois que je l'ai lu, si je l'ai raté, alors jle trouverais pas. J'espere que ma correction t'a été utile ^^ (bon, j'avoue, y'a beaucoup de reflexion philosophiques pour une correction XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loulounie.skyrock.com/
Sowana

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 24
Localisation : France - Var (83)

MessageSujet: ^^   Sam 16 Fév - 16:45

Coucou Loulounie :)

Bon je t'avoue que je n'ai pas encore poursuivie la lecture de ton message (à peine commencée) mais ça me fait déjà vraiment plaisir de voir ton message. Tu auras une réponse plus détaillée sur son contenu dans les jours à venir :)


Dernière édition par Sowana le Sam 16 Fév - 17:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
loulounie
Commentateur
Commentateur
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 10/07/2012

MessageSujet: Re: La loi Soico-Lucerle [one-shot]   Sam 16 Fév - 16:51

Ahah, prend ton temps, c'est quand même vachement long... :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loulounie.skyrock.com/
Sowana

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 24
Localisation : France - Var (83)

MessageSujet: ^^   Sam 16 Fév - 17:25

Bon alors je vais essayé de te répondre (surement en plusieurs parties).
Mais attention, mes réponses à ta correction seront dans le désordre.
Je me fierais avant tout (pour mon ordre de réponse) aux types de réponses que je peux te donner.
Mes choix se porteront notamment par rapport à la longueur et à la complexité de mes réponses, mes propres explications seront donc classées par un ordre croissant de difficulté.

Spoiler:
 


Oulah, j'écris énormément...j'espère que ça te satisfera et que ce que j'écris est assez clair pour quelqu'un d'autre que moi (n'hésite pas à me demander de reformuler si ce n'est pas le cas), je fais de mon mieu xD.

Spoiler:
 

Suite des réponses aux remarques :

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Désolée, ça doit être assez dur pour toi de t'y retrouver dans toutes ses réponses désordonnés, mais il y en avait beaucoup que je devais regrouper par ordre d'idées.
A partir de maintenant, je vais prendre tes remarques non encore traitées mais dans le bon ordre...cela commence donc à partir du deuxième paragraphe :

Spoiler:
 

Paragraphe 4 (partie non traitée) :

Spoiler:
 

Réponses aux remarques non-traitées du paragraphe 5 :

Spoiler:
 

Paragraphe 6 :

Spoiler:
 

Pragraphe 9 (le contenu du mot) :

Spoiler:
 

Conclusion annexe (vue d'ensemble) :

Spoiler:
 

Maintenant que les moindres petits détails autour de la création de ce texte ont été révélés, je veux bien (si tu en as encore le courage) avoir un avis global sur mes choix de construction, savoir si les idées se ressentaient suffisament et si au final c'était intéressant pour quelqu'un d'externe.

PS : pardon pour les eventuelles fautes dans mes réponses (j'ai écris vite, mais je n'ai pas le courage de les corriger en profondeur)





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La loi Soico-Lucerle [one-shot]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La loi Soico-Lucerle [one-shot]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Big shot
» Embossage big shot
» 7 décembre: Rennes de Noël avec la big shot!
» Pré-propositions : prix du meilleur one-shot
» 10 septembre: carte big shot!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Young Writers :: Créations :: Textes inclassables-
Sauter vers: